A partir du 5e millénaire av. J.-C., les habitants de la vallée du Nil s'organisent en communautés villageoises. Ils pratiquent l'agriculture et l'élevage.
Les biens de prestige avec lesquels les morts sont enterrés révèlent une société complexe et inégalitaire dans laquelle l'élite affirme sa prépondérance
par la possession d'objets luxueux (couteaux en silex, palettes, objets en cuivre, etc.). L'écriture apparaît vers 3200 av. J.-C. avec les premiers rois
d'Égypte, regroupés dans la dynastie dite « 0 ». Au cours d'un formidable processus d'acculturation sociale et culturelle, ces communautés préparent
l'avènement d'une ère nouvelle, celle de l'État et de la civilisation pharaonique.

Les champs d'étude de la société Archéo-Nil s'intéressent à cette période, depuis le développement des communautés agricoles du Néolithique, jusqu'aux
premières dynasties égyptiennes et à l'émergence de l'État. Les études publiées dans la revue recouvrent une aire géographique très large, qui inclut
la vallée du Nil et les espaces voisins désertiques, et qui s'étend à l'Afrique centrale, au Sahara, aux rives orientales de la Méditerranée et à la Mer Rouge.
Les thématiques abordées, reflet des travaux archéologiques les plus récents, concernent tous les aspects sociaux, culturels, économiques, politiques et
idéologiques des sociétés prépharaoniques, aussi bien du point de vue des implications théoriques de la recherche que de ses méthodes.